Fonciere chenelet esquisse

Nos procédés de construction écologique

Maisons Chênelet : des maisons construites comme des Legos, performantes énergétiquement

Nous avons voulu des logements « confortables, sains, et à consommations très faibles » pour des familles aux revenus modestes. Cela impose une grande performance dans le système constructif comme dans le choix des matériaux et des équipements. Un travail considérable de mesure, de retours d’expériences et d’amélioration continue nous a permis d’atteindre un niveau de performance proche de la construction passive.

 

Construction de logements sociaux à Vachères

Notre système constructif est en évolution constante

Le système constructif Chênelet a beaucoup évolué depuis les premières expériences à Landrethun le Nord au début des années 2000.
Trois gammes ont été expérimentées à partir du matériau bois. Jusqu’ici deux gammes de logements étaient utilisées : «  structure bois poteau – poutre + isolation bloc copeaux bois chaux + BTC  » puis «  structure bois massif cloué - isolation ouate de cellulose + BTC ».
En 2013, nous avons lancé une nouvelle gamme qui remplace les précédentes : « ossature bois et isolation botte de paille + BTC ». Plus performante énergétiquement, elle a été conçue et testée avec succès sur le chantier des gîtes du Chênelet à Landrethun le Nord. Cette nouvelle gamme permet de former des salariés en parcours d’insertion à des techniques innovantes dans le domaine de l’éco-construction.
Les caissons de bois qui constituent les murs et les rampants de toiture sont fabriqués puis sont remplis de paille en atelier. Les cloisons et planchers d’étages en bois massif cloué sont également préparés en atelier. Sur le même modèle que des Lego®, toutes ces pièces sont ensuite assemblées sur chantier très rapidement.

Un choix de matériaux finement analysé

Le confort thermique est la résultante de 2 choses qui se mesurent : la température et le degré d’hygrométrie. Dans une maison Chênelet, avec une hygrométrie dans le logement de 40%, une température de 20°C rend le logement très confortable. L’utilisation des matériaux écologiques et/ou naturels et/ou peu transformés et/ou considérés comme des sous produits de l’industrie est un choix raisonné de nos équipes : l'analyse fine des performances de ces matériaux permet d'optimiser leur conjugaison pour en tirer le meilleur parti et les rendre pertinents dans le bâti. Ces matériaux judicieusement assemblés selon l’usage de la pièce, leur exposition au soleil, leur épaisseur, leur proximité du système de chauffage vont grandement contribuer au confort du logement.

Choix de matériaux utilisés dans les maisons Chênelet selon différents critère (+ : faible, ++ moyen, +++ élevé)

 

 

Santé

Confort

Ressource locale

Intensité sociale

Possibilité de Formation

Bilan carbone

Biodégradabilité

Bois

+++

+++

+++

+++

+++

+++

+++

Paille

+++

+++

+++

+++

+++

+++

+++

Terre crue

+++

+++

+++

+++

+++

+++

+++

Menuiseries

 

+++

+

++

++

++

+

Linoleum

 

+++

+

+

 

++

++

Toit végétal

 

+++

+

+

 

+++

++

 

Objectif : étanchéité à l'air

L'étanchéité à l'air est un des rares points mesurables. Nous avons établi une procédure d’autocontrôle en phase de construction : le chef de chantier a les moyens de mesurer l'échanchéité à l'air dès la structure bois montée, avant « fermeture des parois ». Nous nous imposons également de tester la totalité de nos logements en fin de chantier. Et nous formons tous les intervenants du chantier susceptibles de dégrader l’étanchéité à l’air de l’enveloppe.

L'étude thermique pour calibrer le besoin en chauffage résiduel

L'étude thermique permet de mesurer le besoin en chauffage résiduel. En Passif, le besoin résiduel en chauffage est très faible (15 kwh/m².an). La résistance thermique de l’enveloppe dépend de l’épaisseur des composants et de leurs résistances thermiques respectives, des pertes éventuelles (fuites par les parois donc par défaut d’étanchéité à l’air) du renouvellement de l’air réalisé par le système de ventilation et des apports énergétiques extérieurs (soleil, apports métaboliques).  Nous recherchons les défauts d’isolation, ponts thermiques éventuels à l’aide d’une caméra thermique (et une solide formation appropriée) et nous analysons les compteurs installés dans les logements ou locaux techniques des logements.

Un gros effort sur la qualité acoustique

Nous avons mené trois campagnes successives de mesures de l’acoustique in situ sur les chantiers de Sin Le Noble, Merville et Saint Denis qui nous ont permis d’une fois sur l’autre d’améliorer notre système et tout particulièrement les planchers séparatifs entre logements. Notre système est aujourd’hui d’une performance nettement supérieure à ce qu’impose la règlementation.

Un choix d'équipements selon nos critères

Nos choix d’équipements sont faits selon des critères bien établis :

  • Des équipements de qualité (donc plutôt chers) mais avec un taux de renouvellement du matériel faible

  • Des équipements peu sophistiqués ce qui facilite la maintenance

  • Des équipements avec des réglages simples pour faciliter leur utilisation par les habitants.

Le travail mené en 2015 sur la standardisation nous a conduit à une réflexion sur les équipements techniques utilisés et particulièrement le chauffage, l’Eau Chaude Sanitaire (ECS) et la ventilation. Une approche en coût global intégrant :

  • le coût pour le locataire,

  • le coût d’investissement,

  • le coût de maintenance et d’entretien sur 40 ans,

a permis d’identifier les alliances de solutions que nous mettons maintenant en œuvre.